Invision Studio, futur game changer ?

Invision Studio, futur game changer ?

L’une des infos les plus retentissantes de la semaine était l’annonce faite par InVision de leur propre application de design. Les guitares rugissent dans l’impressionnant trailer, qui présente, en toute simplicité, InVision Studio comme étant « l’outil de design d’écran le plus puissant au monde ».  Et c’est vrai que l’excitation est palpable dans les commentaires Twitter où les fonctionnalités annoncées (en termes d’animation notamment) font saliver plus d’un designer. C’est donc un nouveau concurrent plein de promesses qui se lance dans l’arène face aux Adobe XD, Sketch et autres Figma (dont on vous reparle très bientôt !). Le monde des outils graphiques est en ébullition et on très curieux de voir où cela va nous mener.

 

Rencontre fascinante avec Sarasara au Mama Festival

Rencontre fascinante avec Sarasara au Mama Festival

Comme vous le savez, nous étions au Mama Festival & Convention ces derniers jours, pour nous inspirer en assistant à des conférences sur l’avenir et les enjeux des métiers de la musique et de la création. Dans tous les univers, les défis qui attendent les entrepreneurs et créatifs sont les mêmes : développer son talent en continu, rencontrer les bonnes personnes, financer ses projets.

L’apprentissage clé que nous retenons des conférences, comme nos Live Tweet (notamment pendant le Talk, Decide It Yourself, avec Superpoze et Lomepal) ont pu l’indiquer : ceux qui réussissent à réaliser leurs rêves sont ceux qui font, qui ne s’arrêtent devant aucun obstacle, qui ne cherchent pas à plaire aux autres, et qui n’attendent pas qu’un beau jour quelqu’un les découvre. C’est tout l’art du « projet personnel »(d’où le concours OnMyWay) : faire quelque chose simplement parce que vous avez envie d’en vivre l’expérience, que vous feriez même si vous n’alliez pas être payé ou reconnu. C’est là, pourtant, tout ce que les publics adorent et ce qui finit par apporter le plus de succès financier : les talents de ceux qui incarnent leurs propres réalités. Le succès est alors la conséquence naturelle de l’amour que l’on met dans ce dont on accouche.

Nous avons pu, à l’occasion du Mama Festival, faire la connaissance de Sarasara : une artiste qui incarne parfaitement la philosophie OnMyWay. Elle a quitté son emploi au sein d’une agence de marketing mobile pour se lancer « all in » dans sa carrière musicale, il y a seulement un an, et aujourd’hui, elle est au signée au même Label que son idole Björk, et sera présente à des événements de showcase aussi impressionnants que SXSW à Austin. Go girl ! 👊🏼

Elle exprime son être et son vécu à travers un univers créatif authentique et ses talents se multiplient au rythme de ses « prémonitions artistiques ». Elle est chanteuse, compositrice, réalisatrice, designeuse de costumes et de décors de scène, sound designer et on soupçonne qu’elle ne nous ait pas encore tout dit. (Et, soit dit en passant, elle sera prochainement présente parmi les books de CreativLink pour co-créer des super projets de Brand Content avec nos clients.)

Elle nous a fait le plaisir de venir prendre un café chez nous jeudi (l’avantage d’avoir ses bureaux à deux pas du Trianon 😏), pour nous faire part de son expérience personnelle, de son processus de création, des défis qu’elle a dépassé et ceux auxquels elle s’attaque ces jours-ci.

Voici brièvement, son histoire.

Sarah a grandi dans un « coin perdu » dans le nord de la France, et les moments les plus enthousiasmants pour elle et ses amis étaient de prendre la route pour aller en boite de nuit les week-end. Les DJ étaient ainsi les stars de leur jeunesse et, très vite, la musique est devenue sa passion. Autodidacte de tout ce qu’elle sait faire aujourd’hui, elle ne s’est pas posée de question avant de se mettre à mixer et de le faire rapidement lors de soirées locales. Chaque euro gagné lui permettait de s’acheter du matériel pour améliorer ses oeuvres. Rien n’est parvenu à l’arrêter sur sa voie, même des expériences très difficiles, comme le fait d’avoir perdu ses parents à l’âge de 14 ans. Positive, et pleine de gratitude, elle nous a expliqué que les belles choses qui lui arrivent aujourd’hui sont les fruits de son passé, tel qu’il a été, avec ses hauts et ses bas, ses joies et ses souffrances.

Grande fan de Björk, elle a suivi les pas de sa muse en envoyant sa demo aux pros travaillant avec la célébrité qui ont apprécié son talent. Les choses se sont faites de façon assez fluide et aujourd’hui elle a déjà un premier album (Amorfati) et un second en route, prévu pour 2018. Elle habite désormais en Angleterre dans un cadre naturel, s’est mise au veganisme, fait des promenades tous les jours pour préserver son bien-être, et a développé son propre processus créatif :

« J’ai un grand mur où je fais plein d’associations d’idées et j’ai décidé pour cet album de travailler sans Internet et deux recueils de poèmes. Un de Shakespear et un de Baudelaire et je n’utilise que ça. J’ai décidé d’écrire aussi en français pour celui-là. C’est un peu un jeu de contraintes qui me rassure, me donne un cadre. Je sais déjà que l’album va parler de quelque chose de très personnel et de très très dur. Je n’ai pas envie d’aller voir ailleurs, mais de creuser plus en moi. »

Avec Sarasara, tout est une histoire de vision : elle voit des images et des expériences dans sa tête, puis, méticuleusement, fait tout pour créer des œuvres qui le reflètent. C’est ainsi que vous la verrez porter des vêtements qui ressemblent à de l’art d’installation et produire des spectacles dépassant l’idée de concert, avec des décors géants et des costumes théâtraux, qu’elle produit elle-même. Comment a-t-elle appris à coudre ? Jeune, elle devait se déplacer loin pour trouver des magasins et acheter ses vêtements. Son appétit créatif l’a poussé à apprendre à coudre ses propres tenues pour s’exprimer également de cette façon-là. Pour ses vidéos et clips, il en va de même. Elle a travaillé avec des professionnels auparavant, mais vise à produire son prochain clip elle-même pour avoir plus de maitrise sur le résultat.

s a r a s a r a – Sun from s a r a s a r a on Vimeo.

Pour avoir travaillé avec des dizaines d’hommes dans un milieu geek pendant 8 ans, Sarah a appris à « toucher à un peu de tout », de l’écriture de code jusqu’à photoshop, et son ancienne vie d’agence lui sert aujourd’hui dans sa carrière d’artiste.

Nous lui avons demandé quels nouveautés l’attendent sur son chemin pour l’année à venir. Voici sa réponse :

 

Elle a aujourd’hui face à elle les véritables enjeux de tout indépendant qui se lance : financer ses projets, avancer de façon stable, en profitant d’une vie sans routine, tout en gérant les imprévus business lorsqu’ils se présentent. La liberté est magnifique, mais comme le prouve ce beau parcours, surtout… elle se mérite.

Alors bravo et bonne route Sarasara, mais surtout, bienvenu chez CreativLink !

Nous lui avons demandé quelle partie de notre manifesto faisait le plus écho à sa personnalité. Forcément, elle a choisi celle qui parle de “suivre ses visions” 😉.

 

 

Nesem Ertan

Coach & Strategist freelance

–> content & strategy @CreativLink

https://nesem-ertan.com / ertan.nesem@gmail.com

Les Design Thinkers de l’Iscom

Les Design Thinkers de l’Iscom

Depuis un an, je fais partie de l’équipe de 5 coachs (Sylvain Cousinard, Chloé Prigent, André Lomuscio, Marc Touati et moi-même) qui accompagnent les étudiants en alternance du Master Creative Design Branding à l’Iscom. La nouvelle saison commence dans un mois et hier, nous étions en kick-off avec la nouvelle promotion.

L’idée : chaque coach accompagne 10 étudiants qui vont monter et leader un projet de Design Thinking dans son entreprise, pour un projet entrepreneurial, ou encore pour un client marque qu’il ou elle aura réussi à trouver en tant que “Creative Strategist”  (ou consultant branding) freelance.

Pour rappel, le Design Thinking est une approche empruntée aux savoir-faire des designers, et vous en retrouverez grandement les traces dans la philosophie de notre Manifesto CreativLink :

  • DEFINE : on définit une problématique de la façon la plus précise possible
  • EMPATHIE : on explore en profondeur la raison d’être de la problématique et on émet des hypothèses quant aux solutions envisageables
  • IDEATION : on invite autour de la table d’autres experts et talents capables de compléter nos compétences ou de nous ouvrir l’esprit
  • PROTOTYPE & TEST : on teste les idées qui répondent aux critères en faisant des protoypes, des maquettes, des croquis, que l’on fait évaluer à des utilisateurs, on améliore en continu

 

Le Design Thinking c’est creuser, comprendre, collaborer, tester, améliorer, mais c’est surtout aimer ! Car comme le définit très bien Idriss Aberkane, amour = temps x attention, et on ne saurait s’engager avec autant d’implication dans un projet sans aimer le sujet de sa recherche et de sa conception. Et c’est ainsi qu’on évolue, en rencontrant de nouvelles personnes, en apprenant de nouvelles compétences, et en développant des résultats concrets valorisants pour nos books et CV, capables de nous attirer les opportunités que l’on désire.

Ces jeunes d’environ 23 / 25 ans font ainsi face à des défis que certains professionnels seniors n’ont jamais eu à faire. Ils doivent s’autoriser à avoir une vision sur l’avenir d’une entreprise qu’ils découvrent, avec le recul et le regard frais qu’ils peuvent apporter. Ils doivent oser montrer du doigt ce qui est améliorable, oser prendre des initiatives sur une mission qui ne leur a pas été donnée, chercher à mobiliser des “believers” autour d’un projet pour lequel les salariés ne seront pas payés davantage, utiliser des méthodes de brainstorming sur-mesure selon les besoins de leurs réflexions, s’imposer des objectifs et des KPI clairs, mesurables et observables, passer de l’intellectualisation à la concrétisation d’actions… Bref, ils sont en train de se préparer pour une vie active dans laquelle ils seront aptes à créer leurs postes, leurs carrières, leurs expertises en fonction de leurs expériences et visions, et nous les coachs, nous apprenons énormément avec chacune de leurs questions et chacun des obstacles qu’ils rencontrent dans leurs entreprises.

Pour inspirer les jeunes, nous leur avons montré la vidéo du projet Moon d’Oscar Lhermitte, que nous avons déniché chez The Family il y a deux semaines. Les plateformes de crowdfunding sont une mine d’or pour dénicher des super cas.

Et vous ? Design Thinkez-vous votre avenir en tant que team ou en tant que freelance ?

Pour les curieux, le livre de Sylvie Gillibert (directrice des programmes à l’Iscom), intitulé Design Branding est une belle source d’inspiration et de techniques.

source image unsplash

 

Nesem Ertan

Coach & Strategist freelance

–> content & strategy @CreativLink

https://nesem-ertan.com / ertan.nesem@gmail.com

06.77.27.16.24

 

Mama Festival & convention : du 18 au 20 octobre

Mama Festival & convention : du 18 au 20 octobre

Pour ceux qui ne connaissent pas le Mama Festival (qui fête ses 8 ans), c’est le grand rendez-vous incontournable des professionnels de la musique.

CreativLink sera présent aux conventions, et aux concerts bien sûr 😀 , pour y recueillir les inspirations et apprentissages concernant les enjeux actuels et les opportunités d’avenir liés à la création, au Talent Management et au digital. Et en plus ça tombe bien, une grande partie des happenings auront lieu vers chez nous, à Pigalle 😉

Voici déjà quelques événements que nous avons short-listés :

  • Transformation numérique : évolution des talents
  • Les nouveaux instruments
  • Musique et VR
  • Decide it Yourself : Superpoze et Lomepal témoignent
  • De nouvelles écritures pour la musique
  • Naviguer à l’ère du numérique : le défi des labels indépendants
  • La musique : ça s’incube ?
  • Mieux connaître vos spectateurs pour en conquérir de nouveaux
  • Pitch session : living lab

Nous évoluons dans un monde d’humains et de projets de plus en plus créatifs, digitalisés, indépendants, et collaboratifs. Nous sommes enthousiastes de découvrir les perles que Mama va nous offrir pour enrichir notre vision.

Pour découvrir toute la programmation des conventions et des concerts c’est par ici.

Le festival en quelques chiffres c’est : 

  • 5 345 professionnels
  • 520 journalistes accrédités
  • 1 953 structures présentes
  • 247 intervenants
  • 56 nationalités
  • 140 conférences et rencontres internationales

 

Nesem Ertan
Coach & Strategist Freelance
@nesemertan


#MaddyTalk : les innovateurs de l’éducation

#MaddyTalk : les innovateurs de l’éducation

Hello la communauté. Cette semaine CreativLink est de sortie comme vous aurez pu l’observer. On ne nous arrête plus. Hier soir, j’étais chez Google à l’événement organisée par notre partenaire Maddyness : les #MaddTalk. Le sujet était : à quoi ressemblera l’éducation demain ? 

Sujet qui nous tient à cœur puisque nous sommes la famille #OnMyWay, et avancer sur sa voie signifie être en apprentissage continu. De plus, nous savons que ceux qui révolutionnent les systèmes sont des producteurs de contenus et d’interfaces, ce qui touche un peu à vos domaines d’expertises, n’est-ce pas ? 😉 Il y a donc toujours de bonnes inspirations à picorer à ce genre d’événements pour chacun d’entre nous.

Guillaume Sekko, manager du programme Google for Education, a fait l’intro en nous parlant de leurs priorités pour 2018, avec entre autre l’accès à l’éducation pour tous, la transmission des savoirs informatiques aux nouvelles générations et le soutien du droit à l’éducation des filles/femmes du monde.

La table ronde était animée par la journaliste Géraldine Russel et accueillait :

L’union d’une globetrotteuse qui nous apportait les best practices qu’elle a pu observer, d’un producteur de solution qui connait les cycles d’adoption et d’amélioration d’un outil et d’une responsable connaissant la réalité des écoles d’aujourd’hui a offert une belle complémentarité aux échanges. Manquait-il peut-être un challenger ? Mais nous y reviendrons.

A retenir de ces échanges :

  • Il faut produire des outils que les gens ont envie d’utiliser et non essayer de les imposer par la loi
  • Les véritables innovations sont celles qui changent les paradigmes et non celles qui proposent des alternatives à ce qui existe
  • Demain chacun apprendra à son rythme grâce aux intelligences artificielles, aux chat bots et à l’adaptive learning
  • Pour développer la créativité de chaque apprenant, il faut éviter la standardisation des modes d’apprentissage
  • Les enseignants s’unissent dans des communautés comme EduVoices pour évoluer ensemble dans leurs méthodes et les étudiants contribuent aussi à leur digitalisation
  • Les outils comme Klassroom permettent de créer des liens d’immédiateté et de proximité entre les parents et les enseignants contrairement à ce que les Français pouvaient craindre (étude BVA)
  • Le manuel scolaire est en train de devenir une plateforme open source
  • Grâce aux AI, les zones de « désert d’enseignant » pourront être desservies (ex : en Inde)
  • L’école est désormais vu comme un lieu de services pour les apprenants
  • Dans la digitalisation des écoles, il faut prendre en compte les préférences de device des étudiants, sinon ils n’utiliseront pas les outils proposés (#BYOD : Bring Your Own Device)
  • Les solutions doivent être co-construites avec des chercheurs (neurosciences, design, sociopsychologie, behaviorists…)
  • On commence à intégrer l’auto-éducation en rendant l’apprenant acteur de son éducation en lui laissant la liberté d’organiser des projets à l’école

Les gros systèmes sont toujours lourds et manquent en agilité puisqu’ils ont tant cherché à se stabiliser et se solidifier. Il faut des « warriors » pacifistes comme les invités de cette soirée pour enclencher le changement dans nos systèmes scolaires et économiques, puisque les deux sont directement liés. On ne peut brusquer le rythme de l’évolution et il faut ainsi opérer pas à pas et main dans la main. Les discussions étaient davantage centrées sur un partage de ce qui se passe aujourd’hui dans les écoles et pays les plus pionniers.

Mais l’école de Demain (avec un grand D) que nous inspirent les Sugata Mitra (auteur de l’expérience Hole on the wall et de la communauté Granny on the cloud), Sir Ken Robinson (auteur de Creative Schools), Jane McGonigal (auteur de How gaming can make a better world), Idriss Aberkane, André Stern (auteur de Je n’ai jamais été à l’école) et Ramin Farhangi (co-fondateur de l’Ecole Dynamique est encore un peu loin de certains propos tenus hier soir. On se posait encore la question de « comment évaluer les compétences », « comment discipliner les enfants » et on a pu entendre la phrase « concentre-toi et fais tes maths ». Quelque chose au fond de moi, me dit que les personnes sur scène se posaient ces questions non pas par conviction mais par obligation vs le système.

Selon les visionnaires, dans le futur (et ce n’est pas une Utopie, mais les besoins de la nature humaine, une approche organique de l’apprentissage) :

  • On n’évaluera plus les savoirs, ils seront incarnés/prouvés par les projets de chacun
  • Il n’y aura plus d’éducateur, car chacun ira apprendre auprès de ceux qui font et qui les inspirent : donc chacun sera transmetteur de ses savoirs
  • Il n’y aura plus d’école, car on apprendra partout
  • Il n’y aura plus à discipliner les enfants, car on leur transmettra l’équilibre que permet la liberté et la responsabilité qui va avec, puisqu’être libre de ses choix c’est faire face aux conséquences de ses actes/non actes
  • On n’imposera pas les contenus, mais on leur apprendra à apprendre (comme certains l’ont souligné hier soir), à développer un avis critique, à collaborer, à respecter, à se protéger, à comprendre ses émotions, à évoluer
  • On n’éduquera plus les enfants, mais on sera là pour eux, pour vivre avec eux, répondre à leurs questions et apprendre avec eux

Le système économique actuel n’est pas encore prêt à faire confiance à l’Homme, et préfère chercher à le contrôler. Le fait qu’on commence à voir l’école comme un lieu de services et qu’on parle de Life Long Education sont les signes qu’on avance dans le bon sens. La question : de combien de temps avons-nous encore vraiment besoin pour appliquer ces visions ? A combien de générations va-t-on encore faire subir le gavage de contenus et la tyrannie des évaluations en attendant que les « systèmes » en place soient prêts ?

Bien entendu, tous les systèmes devraient exister et être autorisées pour que chacun puisse s’épanouir dans sa différence. Le monde de demain est un monde de coliving, colearning, cocreating et coworking. Si si la famille. 😉

Merci à Maddyness et Google et à tous les participants pour avoir partagé avec nous leurs savoirs et leur énergie hier soir.

Nesem Ertan
@nesemertan
Coach & strategist freelance

 

Meet the creators : les inspirations

Meet the creators : les inspirations

Nous étions hier soir chez The Family, l’incubateur parisien, pour participer au meetup qu’il co-organisait avec l’iconique plateforme de co-financement, Kickstarter : Meet The Creators. Nous avons live-tweeté les citations clés pour partager avec vous les meilleurs moments. Ouais, on est sympa comme ça 😀

Les speakers étaient : le designer Oscar Lhermitte (projet Moon, la lampe lunaire la plus précise de la Terre connectée aux données de la Nasa), l’équipe de Faim Magazine (le magazine de la génération ambitieuse, qui voyage, crée des projets et qui cuisine son avenir), l’équipe de Moona (l’oreiller intelligent qui auto-régule sa température pour un sommeil profond) et l’équipe du Syndicat (qui va rééditer le manuel iconique de graphisme d’IBM).

Voici quelques key-learnings à retenir :

  • Créez des projets qui vous permettent de devenir le professionnel que vous voulez être
  • Amusez-vous 
  • Créez des designs qui ont une utilité (vs objets de galeries, peu utiles et trop chers)
  • Testez rapidement vos idées auprès des autres et sur les plateformes comme kickstarter
  • Utilisez le crowdfunding pour garder le contrôle de votre projet
  • Donnez des nouvelles à vos backers une fois votre projet financé

 

Tous ces designers ont commencé par être des freelances qui se sont unis à d’autres talents complémentaires pour donner vie à leurs ambitions, rêves et curiosité. Une fois diplômé, Oscar Lhermitte a conçu un marque page ingénieux et s’est fait remarquer en devenant ainsi rapidement un homme d’affaire.

Ce type d’esprits entrepreneurs se connectent à ceux qui ont quelque chose à leur apprendre, à leur apporter, et à leur tour, partagent généreusement leurs expériences pour contribuer à l’évolution des autres. Ainsi, Oscar a demandé l’aide de ses amis ingénieurs pour donner vie à son projet Moon. Forts des succès de leurs projets de crowdfunding, ils ont monté SideKick Creatives, une plateforme sur laquelle ils aident d’autres designers à monter leurs projets de la façon la plus claire et désirable qui soit.

Alors, demandez-vous quel projet vous souhaiteriez le plus que l’on vous amène et créez-le au plus vite vous-même. Commencez petit, testez, adoptez l’approche Design Thinking, collaborez. Nous serons là pour vous mettre au contact des bonnes personnes, des bons outils et formations pour donner vie à vos ambitions. Plus vous vous réaliserez, plus vous serez un talent recherché.

Venez nous raconter vos projets autour d’un café dès que l’inspiration vous frappe. Chaque membre de l’équipe Creativ Link est là pour ça.

Être « Free By Choice », c’est être un maker. Et vous, de quoi avez-vous Faim ?

Nesem,
Coach & Strategist Freelance

 

Vidéo du projet Moon :

 

Vidéo du projet de Syndicat

 

Vidéo du projet de Faim Magazine

 

Vidéo du projet Moona :